Biographie

Ramiro CALDERÓN est né en BOLIVIE, à LA PAZ, rue du 4ème CENTENARIO dans le quartier VILLA NUEVA POTOSÍ. Ses parents, originaires de La Paz et Oruro, sont restés très attachés à la culture et aux traditions musicales de leur pays, et son père l’initie dès son plus jeune âge à l’écoute de la musique traditionnelle bolivienne. Ainsi, presque chaque fin de semaine, il emmène le petit Ramiro dans les radios locales (RADIO EL CONDOR, RADIO MENDEZ, RADIO CONTINENTAL, RADIO NACIONAL DE BOLIVIA) et dans les théâtres de LA PAZ (TEATRO JAIME LAREDO, COLICEO CERRADO), lui faisant découvrir ses premières références musicales, celles qui plus tard l’amèneront à appréhender et à valoriser les richesses de la musique PACEÑA.
Rapidement, après cette période " initiatique ", Ramiro CALDERÓN entame une notable carrière de musicien, en jouant, en particuliers, de l’instrument le moins apprécié à cette époque dans le monde urbain bolivien : LE SIKU, plus connu sous le nom de ZAMPOÑAS.

1966 :
• A treize ans, Ramiro CALDERÓN réalise sa première tournée avec le groupe " LOS SIKURIS DEL ALTIPLANO " dans le cadre d’une série de concerts dans la ville de COCHABAMBA (Bolivie).
• Cette même année, il joue également avec l’ensemble " ZAMPOÑAS DEL HURACAN ".

1967 - 1970 :

• Il a l’opportunité d’enregistrer avec le groupe " LOS HIJOS DEL ILLIMANI " (ex " CHOKLOS " et " CEBOLLITAS ") quatre disques 45 tours sous les labels LAURO et DISCOLANDIA. Sur l’un deux, on peut entendre, entre autres, une sélection de CULLAWUADAS dont le célèbre " A LA BIM BOM BAM ".
• Puis il fonde, avec Victor HERRERA, un groupe composé uniquement d’adolescents : " LOS WARAS HUAYNAS ". Avec celui-ci, il grave, sous le label IMPERIO, un disque 33 tours intitulé " ZAMPOÑAS Y SIKURIS ". Sur cet album Ramiro CALDERÓN amplifie auprès du public la découverte du répertoire des SIKU avec l’introduction de KHANTUS et de HUAYÑOS d’ITALAQUE. Ces thèmes marqueront fortement, plus tard, l’ambiance musicale des PEÑAS de LA PAZ (PEÑA NAIRA et PEÑA KORI THIKA) tout comme le son des BOMBOS traditionnels des régions de CHARAZANI et d’ITALAQUE que Ramiro CALDERÓN est le premier à utiliser dans le renouveau du mouvement musical urbain de Bolivie.

1970 - 1975 :

• Il fonde le groupe " SUMAJ WARA " qui sera, jusqu’à 1975, SIKURIS exclusif de la PEÑA NAIRA et de la PEÑA KORI THIKA de LA PAZ.
Pendant ces années Ramiro CALDERÓN continuera à faire œuvre de découverte en utilisant dans son groupe de nouveaux instruments autochtones : CHOQUELAS, PINQUILLOS, WACA-PINQUILLOS, SURI-SIKU, MOCEÑOS, TARKAS, PHALLA-WATAS, et en portant les costumes traditionnels de MOKOLULUS et les coiffes en plumes appelées SURIS.

1973 :
• Il rencontre la famille du maître Fausto LOPEZ. Sous la direction de celui-ci et avec son fils Guido, il crée le groupe " LOS CHUSPITAS " qui participera, avec la délégation bolivienne, au FESTIVAL COSQUIN (CORDOVA) en ARGENTINE.
• A son retour, Ramiro CALDERÓN continue son travail d’investigation sur les SIKU en étudiant la possibilité de jouer seul les deux parties -IRA et ARKA- de l’instrument. Ainsi, quand un membre de son groupe est absent, il remplit alors le rôle de deux musiciens, en jouant seul les deux parties des SIKU.
• Il rencontre Ernesto CAVOUR qui l’invite à faire partie de la " TROPA NAIRA ", rassemblement amical de musiciens qui comprend alors Luis RICO, Freddy SANTOS, Lucho et Ernesto CAVOUR.
• Ainsi, un peu plus tard, l’idée de jouer les SIKU au plan soliste devient réalité lorsque Ramiro CALDERÓN devient lui-même ZAMPOÑISTA du groupe " ERNESTO CAVOUR Y CONJUNTO ", avec lequel il enregistre, en 1974, le disque 33 tours " CHARANGO Y CONJUNTO " sur lequel se trouve la première version de " LEÑO VERDE " qu’il interprète seul aux SIKU. Ce thème, qui connait un succès inespéré, démontre la valeur et l’intérêt de cette nouvelle façon de jouer les SIKU, leur donnant une réelle dimension d’instrument soliste dans l’espace musical populaire bolivien.
Il faut noter que l’instrument qui prédomine avec un statut soliste jusqu’à cette époque est la QUENA. Les SIKU sont alors mal considérés dans le milieu musical citadin où le peu de groupes de SIKURIS ou ZAMPOÑISTAS sont simplement utilisés en ouverture des concerts, pour faire taire le public, ou pour accompagner les troupes de danseurs.

1974 :
• Ramiro CALDERÓN est invité au PEROU avec son groupe " SUMAJ WARA ", dans le cadre d’une tournée artistique avec les ensembles péruviens " CHOLO BERROCAL ", " PICAFLOR DE LOS ANDES " et le duo bolivien " LAS ÑUSTAS DE COCHABAMBA " résidant à LIMA. Il se produit ainsi dans les villes de PUNO, JULIACA, AREQUIPA et CUZCO.
• De retour en BOLIVIE il reprend ses recherches sur les SIKUS (travail sur les différentes mesures, sur le matériel utilisé, …), avec son maître SIKU-LURIRI ( luthier) et joueur de SIKUS Don Serapio MAMANI dont l’atelier était situé sur les trottoirs de la rue Juan GRANIER à LA PAZ.
• A la fin de cette année il est invité par le groupe " LOS AJAYUS " pour participer à l’enregistrement du disque " LOS AJAYUS " où il joue en soliste au SIKU le thème équatorien " MIS DOLENCIAS ".

1975 :
• Le 12 octobre 1975 Ramiro CALDERÓN et Ernesto CAVOUR sont invités à GRENOBLE (France) par Jean RAMBAUDI, pour animer l’une des premières PEÑAS créées en France, " LA PEÑA DEL SANTO ", rue SAINT LAURENT.

1976 :
• En juillet, Ramiro CALDERÓN fait une tournée en Italie, organisée par le Parti Communiste Italien, avec le guitariste mexicain Roberto CARDENAS.
r En août, il est invité par le groupe " LOS JAIRAS " pour participer au FESTIVAL SIDMOUTH en Grande-Bretagne.

1976 - 1978
• En décembre 1976 Ramiro CALDERÓN devient membre du groupe " RUPHAY ". Fondé par Mario GUTIERREZ, cet ensemble musical était alors composé de Mario GUTIERREZ, Hery CORTES, Omar HOYOS, Goyo CESPEDES et Basilio HUARACHI.
Avec " RUPHAY " il participe à de nombreuses tournées en Europe : France, Hollande, Danemark, Belgique, Italie et Suisse.

1977 - 1978 :

• Il enregistre avec " RUPHAY " deux disques 33 tours : " SAGRADO LOS ANDES " à Grenoble (France) et " FLÛTES INDIENNES–LOS RUPHAY–SACRÉ, LES ANDES " à Bruxelles (Belgique).
1979 :
• Ramiro CALDERÓN se consacre à la lutherie. Il construit en particuliers des SIKUS et des BOMBOS.
1980 - 1990 :
• Il intègre le groupe " BOLIVIA MANTA " avec lequel il reprend le chemin des tournées (France, Italie, République Fédérale Allemande, ex R.D.A., Grande-Bretagne, Suisse, Guyane française).
• En France, le groupe " BOLIVIA MANTA " parcourt la totalité du pays. Ramiro CALDERÓN participe ainsi à des émissions de radios et de télévisions, à de très nombreux concerts ainsi qu’à de grands festivals : FESTIVAL DU MARAIS (Paris), FESTIVAL DU FORUM DES HALLES (Paris), FESTIVAL DU MIDEM à Cannes, FESTIVAL DE LORIENT, FESTIVAL DE PRILLY (Suisse), …
• Avec " BOLIVIA MANTA " Ramiro CALDERÓN enregistre plusieurs disques : " AYLLU SANKAYO ", " RUNALLACTA-CAUSAY " et " ANATA–CHANTS ET MUSIQUES PÖPULAIRES DES ANDES ".

1983 - 1987 :

• Avec le groupe " INTI MUJUS " il réalise une série de tournées en France et en R.F.A., interprète la " MISA CRIOLLA " avec une chorale allemande dans plusieurs villes de R.F.A. et anime en France de nombreux ateliers de découverte de la musique des Andes organisés par l’A.D.I.M. de la Drôme, la F.O.L. de la Mayenne et par des associations culturelles du Mans (Sarthe) et de Gap (Hautes-Alpes).

1985 -1986 :

• Avec l’ensemble " LOS JAIRAS " il effectue une tournée dans toute la SUEDE, donne un récital à la " MUSIKHALLE SAAL " d’Hambourg (R.F.A.), des concerts dans le canton de Genève (Suisse) et participe au FESTIVAL RIETBERG à Zurich (Suisse).

1988 - 1989 :

• Ramiro CALDERÓN entreprend des études d’ethnomusicologie à l’Université de Grenoble.

1990 - 1994 :

• Il travaille avec plusieurs ensembles musicaux dans la région Rhône-Alpes (France) :
- dans le milieu scolaire, avec la création de deux contes, " CARNAVALES EN EL ALTIPLANO " et " EL CONDOR Y EL DIOS DEL VIENTO " représentés en Isère, Savoie et Haute-Savoie en collaboration avec " MUSI DAUPHINS et l’A.D.I.M. de Savoie et Haute-Savoie ;
- dans le domaine grand public, avec des tournées estivales dans différentes stations touristiques et en participant également au " FESTIVAL DE JAZZ DE GRENOBLE ".

1995 - 1996 :

• Le groupe " RUPHAY " se reforme pour un unique grand concert donné au " VICTORIA HALL " de Genève (Suisse) en compagnie de la chanteuse bolivienne Luzmila CARPIO, pour célébrer la " Décennie de l’O.N.U. envers les Peuples Autochtones " et pour rendre hommage à Mario GUTIERREZ (fondateur de " Ruphay ") décédé en octobre 1994.
• Cette même année Ramiro CALDERÓN élabore un nouveau travail musical qu’il va alors développer avec sa propre formation : " RAMIRO CALDERÓN TRIO "

1997 :
Avec le groupe " INTI MUJUS " il participe en R.F.A. au Festival International de Folklore de SCHESSEL et à plusieurs concerts. ¢ Aujourd’hui et depuis quelques années, Ramiro CALDERÓN travaille en son nom propre.
Il met ainsi en valeur toutes les rencontres qu’il a faites lors de ses nombreuses prestations internationales. Elles lui ont permis d’élargir et d’approfondir ses connaissances musicales : celles de son pays la Bolivie comme celles de tout le continent sud-américain.
C’est cette richesse qu’il vous invite à partager en vous faisant découvrir les musiques de Bolivie, du Pérou, de l’Equateur, de la Colombie, du Paraguay, du Venezuela, mais aussi du Brésil, de Puerto Rico et de Cuba.